samedi 16 juin 2018

Toursnman : Je n'avais rien a faire là

Je me suis inscrit a cette course la veille de mon 1er Ironman en Italie. Je m'étais dit à l'époque si tu finis pas ton 1er tu voudras en refaire 1 et si tu réusiis le 1er tu voudras battre ton record.
 
La date, je l'ai choisie parce que c'était les 6 ans de mon AVC.
 
 
Nous y sommes c'est le week end tu Tours'n'man, la préparation a été un peu dure à mener. J'ai eut un manque de motivation sur la natation pendant le 1er trimestre, et un emploi du temps professionnel chargé qui m'a empeche de faire les sessions prévues, cela donne un bilan d'entrainement très en baisse :
 
 
 
Même  si l'entrainement à vélo était moindre, je me sentais très bien et cette partie là ne me faisait pas peur. Ce qui m'inquiétait c'était la natation, je me sentais vraiment moins bien. Et d'autant moins à l'aise qu'à la dernière séance de natation je me suis embrocher avec un autre nageaur et que depuis d'avais une douleur à l'épaule.
 
 
Le Week end était arrivé pas question de reculer, c'était pour moi l'occasion aussi de revoir Marc et Tristan.
 
Samedi
 
Assez content du choix de l'hotel à 10 minutes à pied de l'évènement. Le retrait du dossard se passe sans problème.
 
 
Récupération des lots : Bouteille 50 cl de St Yorre, 1 paquet de céréale Quinoa et  1 sac à dos de très bonne facture.
 
 

Les cérales sont pas mal, un peu sec mais accompagné cela fait un bon apport de protéine :



Le parc à vélo est sympa, il est couvert
 
 
A 16 heures rendez vous avec l'équipe, il n'y aura que Thomas
 
 
 
Le soir diner très sympa avec Marc et Tristan ainsi que de leur famille
 
 
 
Dimanche
 
 
 
Voilà c'est le moment de laisser les vélos, on passe à la photo : toujours pas de Dominique, on fait la photo avec Thomas et Tristan et direction la natation.
 
L'organisation est au top, même si l'empillement des sacs sur le camion laisse songeur.
 
Les consignes sont de leur coté très claire :
 
 
 
Natation
 
Le départ est donner en rolling start libre, on se présente au départ quand on veut.
 
Quelques mouvements de bras et on se présente avec Tristan en se souhaitant bonne chance. je commence à partir en crawl et bientôt je me sens seul et effectivement je suis tout seul, j'ai complètement dévié je suis descendu de 100 mètres il faut que je remonte
Mon épaule tient mais j'ai mal, je tente de continuer en crawl mais je zizague énormément. j'alterne donc crawl et brasse, pour faire de plus en plus de brasse, j'ai le sentiment de ne pas avancer ce que me confirme ma montre puisque je suis à plus de 40 minutes avant de redescendre. La nage à contre courant est assez éprouvante surtout que plus on remonte plus on a l'impression qu'il y en a. Je ne m'attendais vraiment pas à çà
 
 
Cela aurait bien d'avoir plus de canoe pour nous guider...
 
Mon épaule me fait de plus en plus de mal, dans ma tête la machine à calcul rentre en fonction, je vais sortir de ma première boucle en plus d'une heure, j'ai donc de gros risque d'être hors délai pour les 3 800 m. Je ne pourrais tenir les 2h15 de barrière horaire avec mon épaule qui me fait de plus en plus souffrir. Je prend donc la décision d'abadonner mon Ironman et de ne faire qu'un seul tour de piscine.
 
La sortie de l'eau à 1900 m est sur ponton, quand on se présente deux bénévoles.
 
Un coup d'oeil sur la montre 1h07, je reste sur ma décision de ne faire qu'un seul tour, je me dirige vers la tente pour mettre mes affaires de vélos.
 
Il était conseillé d'avoir des chaussures pour la transition car elle est longue. En fait 600 m, c'est bien moins qu'en Italie (1500m) mais j'apprécie de les avoir pour passer l'escalier et la passerelle métallique.
 
C'est vraiment le point noir de cette première partie, les chaussures devraient être fortement recommandée.
 
Vélo
 
J'arrive au vélo alors que les 1ère goutte tombe. Le vélo est au sec lui car le parc à vélo est sous un hangar. Je m'élance, le début est n'est pas propice à prendre de la vitesse mis à part l'anneau de vitesse mais on freine rapidement.
 
La pluie se fait vraiment sentir, j'ai pris la décision de ne pas prendre le K-way, je commence à regretter.  Mais finalement, la pluie s'arrête au vout 1h30.
 
Sans décrire les kilomètres, la première boucle se passe bien malgré deux poses techniques, et le la boucle avec une moyenne de 31 km/h, sans avoir le sentiment d'être dans le rouge musculairement. Au niveau de la FC, les voyants sont au vert.
 
 
Hormis le départ la boucle est assez agréable et les touristes ne sont pas nombreux sur les sites touristique et là encore les bénévoles font un boulot d'enfer.
 
La deuxième boucle est plus dure et j'ai une obsession de garder les 30 km/h, je vais donc trop donner et sans y arriver. Je finis en 6h07, au compteur, je n'ai que 178 km.
 
Dommage, on a l'impression que les arbitres ne voient pas le Drafting, certains roulent pourtant ouvertement à 4/5...
 
Je pose le vélo,  je passe aux toilettes. (6 eme poses techniques), je me pose prend le temps pour repartir et voilà j'attaque le marathon. Je souffre de la chaleur.
 
Course à Pied
 
Les 3 premier km se passent bien, mais je me rends vite compte que les quadri sous dur et que le marathon va être très long. J'alterne dès le premier ravitos le marché courus.... et cela pour tout le reste du marathon. Les indications de KM sont assez nombreuses :
 
 
 
Pendant ce marathon, on prendra un orage et un déluge qui présente l'avantge de nous raffraichir.
 
Pendant le dernier tour, je prend le soin de remercier les bénévoles qui pendant tout ce marathon ont assurés en nous offrant des ravitos complets et avec le sourire.
 
J'ai trouvé ce marathon assez casse-pattes avec quelques petites montées
 
 
et un secteur pavé
 
 
Je finis le marathon en 5h33.
Crédit photo : le runneur fou
 
Je passe la ligne d'arrivée en 13h16 soit un temps quasi équivalent avec l'Italie : 13h12'54 mais avec 1900 mètres de natation en moins. Je suis content de passer la ligne d'arrivée mais j'ai vraiment pas le sentiment de "gagne" ni celui d'avoir réaliser mon Full. Je prends la médaille, le tee shirt que je ne regarderais même pas.
 
Je  passe devant les kinésithérapeutes ou il y a peu de monde, je m'arrête donc pour me faire masser. Puis je passe devant le repas, mais je n'ai pas faim, je ne m'arrête pas.
 
Je écupère le vélo : Le système est très bien fait pour éviter les vols. Les bénévoles ont là encore très efficaces.
 
Je retrouve Marc et Tristan : on ne fera pas de photos triomphantes moi pour les raisons que j'ai exposer et Tristan est vraiment mal emploi : hypoglicémie. On apprendra après qu'il a fait son Toursnman avec une bronchite.
 
Bilan : je reviens pas sur mon échec. J'en suis à me demander si je vais faire l'Ironman de Vichy en Septembre. Pour le moment, la prochaine course est un Triathlon S à Angers le 21 Juillet.

Pour l'organisation : Franchement Bravo ! vous avez assurer.  C'est presque qu'un sans faute. Vous avez assurer.  Même le suivi de course est un succès. Merci à tous ces bénévoles sans qui cette course n'aurait pas lieu. Merci aux organisateurs qui se sont lancés dans cette aventure.

 
 
Trois points à améliorer :
 
- La passerelle métallique pour ceux qui n'ont pas de chaussures : mettre de la moquette
- Attention, à la sortie de l'eau par les bénévoles Tristan a eut la désagrable expérience d'être à moitié laché et les genoux ont morflés.
- les bidons de ravitos vélo aurait pu être format grand modèle pour éviter les ravitos.

6 commentaires:

  1. Moi je te dis un énorme Bravo pour cette performance!
    Ça permet aussi de te situer et peut être se dire que cette fois la piscine était trop grande.....
    A toi de voir mais continue à t amuser sans te mettre en danger!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je fais attention, tu vois je me demande même si le half ne me convient pas mieux en terme de sport et même de vie familiale et sociale

      Supprimer
  2. ...tu as un sacré courage Philippe ! Chapeau bas...je ne suis pas sur du tout que j'aurais terminé à ta place ! Bravo pour se que tu appelles "un échec !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dominique oui bien sur c'est un gros effort, mais imagine pour quelqu'un qui ne cours pas, tu fait le marathon, c'est énorme. Si tu arrives en retard tu pars du km 2 tu aurais alors ce même goût amer

      Supprimer
  3. Sacré récit, et franchement chapeau bas car enchainer temps d'effort c'est déjà magnifique. Je comprends que tu sois déçu mais dis toi que tu fais parti de l'infime partie des Français capable de faire un tel effort.
    Récupères bien et c'est sûr que la prochaine fois tout ira mieux.

    Pascal3651

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pascal. Oui il y en aura d'autres dont un bien plus dur avec du dénivelé. Il faut se servir de ces echecs pour rebondir ;)

      Supprimer