vendredi 3 novembre 2017

Marathon de Toulouse : Un défi non prévu


L’idée a commencé à germer à la sortie des 20 km de Paris. Je venues de battre mon record vieux de 4 ans : Et si je faisais un marathon ?. Un rapide coup d’oeil et je m’arrêtais sur le marathon de la Rochelle que je connais et don’t le parcours a été rendu encore plus roulant. C’est à ce moment-là que Running heroes s’en est mêlé. Ils offraient la possibilité de gagner un Dossard pour le Marathon de Toulouse pour le 22 octobre or le 23 octobre j’étais à Toulouse pour le boulot. Et comme je suis faible devant la tentation, J’ai donc tenté de gagner un des 11 dossard mis en jeu (1er arrive, 1er servi) et j’ai gagné.



Pour avoir le dossard, ce fut un peu plus compliqué, les codes successifs envoyés par Running heroes s’avéraient invalide. Je remercie Magalie et Florian pour le suivi et la résolution du problème puisque me voilà inscrit.



Samedi 21 octobre : Gros coup de Stress, ils ne  trouvent pas mon Dossard…. Gloupss, direction les litiges qui régularisent le tout ! J’ai mon Dossard, Merci Running Heroes et l’organisation.



Le village est assez petit et il pleut donc la présentation du marathon et des meneurs d’allures se fait avec un public restreint.




Je découvre le contenu du sac Coureur : Pas grand-chose, mais 2 tickets de Métro/Bus. C’est bien pensé pour limiter les transport personnel d’autant que le départ n’est pas proche.



Dimanche 22 : me voilà Sur le pont avant la sécurité 1h30 avant le départ, cela n’avance pas.  Et tout le monde est mélange 10 km, semi, marathon alors que le 10 km commence presqu’une heure avant le marathon.  Si j’avais organisé, j’aurais fait une queue par course. Cela n’avance pas, cela prend du temps, c’est mon premier marathon ou je dois passer par des portiques de sécurité détection métaux (Drôle d’Epoque).




Le départ des 10 km sera retardé de 25 minutes et par ricochet le marathon.  Mais malgré les rochons du départ, c’est avant tout pour nous que l’organisation fait ces contrôles….



L’entrée dans les SAS est particulière parce qu’il n’y a pas e SAS… Chacun se met ou il veut, en fonction des meneurs d’allures, mais ceux si ne sont pas répartis ils sont Presque devant et en groupe au lieu de se répartir….




Y a de meilleures conditions pour aborder un marathon, je me suis fait une ampoule au pouce lors du dernier entrainement le vendredi soir. J’espère que le Comspeed va tenir.

Le départ est donné. J’ai revue ma stratégie de course avec mon Coach, le responsable sportif des amis de Mikhy, Matthieu dont je porte les couleurs (de l’association pas de Mat lol). Cela sera entre 5”20 et 5”30 au km.

Je pars et dès le 1Er kilomètre je prends la bonne vitesse , je le finis en 5”25, je suis assé content, mais je reste vigilant puisqu’en fonction du dénivelé (modeste), je me retrouve à 4”50 je rectifie rapidement.



Le départ se fait dans des allées assez large, ca facilite le trafic parce qu’il faut doubler et faire doubler puisqu’il n’y avait de SAS.

La coulée verte est un peu plus compliquée car l’espace est plus réduit.  C’est aussi l’occasion de faire une halte technique, j’ai pourtant pris mes précautions…

Un ravito tous les 2,5 km… c’est pas mal mais je m’arrête pas j’ai pris ma petite bouteille bleue. Par contre au 1er j’ai mal refermé ma poche et j’ai perdu mes gels…. Il me reste 2 pates de fruit. Je devrai donc gérer différemment les ravitos.

Les 5 premiers km se passent bien mais un peu rapide 5”17.

La coulée verte avec du public qui est là, c’est pas Paris et encore moins New York, mais les Toulousains sont de sorties pour nous encourager..



Les km passent et je maintiens le rythme, j’arrive au km 10 et l’allure est toujours là entre 5’25 et 5’30,  en fonction du trafic. C’est ce qui m’étonne il y a moins de 3000 participants au marathon, et pourtant on se sent  jamais seul et parfois même on piétine derrière un groupe. La sagesse (et oui, tout arrive)  fait que maintenant je prends mon temps pour les doubler.  Parfois même je reste derrière eux, pour m’abriter du vent, car sur certaine ligne droite il se fait bien sentir



Le semi arrive, j’ai toujours les pattes qui suivent et l’allure se maintient malgré une nouvelle pause technique. Plus de Powerade,  comme prévu, je vais donc m’abreuver aux ravitos plutôt complets.



Je continue sur le même rythme jusqu’au 34 km avec une nouvelle pause technique, et au 34ème comme à la Rochelle, je me prends le mur de pleine face. Je ralentis et impossible de relancer la machine si bien que je boucle 35 ème kilomètre en 7’’49. Un rapide calcul, et je sais que les 4 heures sont en train de s’envoler.



J’arrive donc à redonner une impulsion sur le 36èm en 6’’58, mais j’arrive plus à tenir le rythme, je me mets hélas à marcher….Oubliant l’adage : « Tu cours plus vite que tu ne marches ».

La fin du marathon serait donc on court 2 km et on marche 500 m au niveau du ravito.



Une mention particulière au dernier ravito : à cours de verre, ils distribue carrément des bouteilles de Badoit 1L, ça fait lourd lol et donc beaucoup de gâchis car on jette rapidement la bouteille…



Une deuxième mention spéciale à ce coureur qui m’a encouragé et  qui à couru 500 mètre avec moi pour m’encourager et me remettre à courir à ce ravito, je lui dois certainement une bonne part de mon record.



L’arrivée du marathon est vraiment enthousiasmante, beaucoup de public sur le dernier 1KM, ca booste… j’ai mon record dans les pattes, je donne tout ce que j’ai et je passe la ligne d’arrivée en 4 :06 :39.



Mi-figue, mi-raisin : j’ai battu mon record mais suis à 6’’40 de l’objectif, je décide donc de voir le verre à moitié plein d’autant que j’ai dans les pattes mon Ironman et le record des 20 km de Paris.



Je croyais que c’était fini .. Vous aussi ? Eh bien, nous la seconde épreuve commence : récupérer ca consigne. Aucune organisation,  tous les camions ne sont pas arrivés, il me faudra  40 minutes pour récupérer mon sac, heureusement qu’on nous a donné une couverture de survie pour ne pas attraper  froid.



Je remercie l’organisation et Running Héroes pour le dossard. Je remercie aussi le nombreux bénévoles qui ont été sur ce marathon avec le sourire, et ceux qui ont rendus les consignes car ils ont mangés la critique de certain parfois limite violent alors qu’ils n’y sont pour rien. MERCI pour tout çà !!!









4 commentaires:

  1. Bon encore un RP!
    Quelle sacrée année!
    Bravo et tu peux te remettre à boire...

    RépondreSupprimer
  2. Étonnant la base de 5.20 soit 3h45. Je veux bien que tu pètes la forme mais là c'était bien optimiste quand même.
    En fait le mur était plus que prévisible. Ce n est même pas le mur mais tout simplement de la fatigue. Le mur on le prend, on ingurgite et on repart. Toi tu n'es jamais réellement reparti. Plutôt à l'énergie. ......mais bravo d'avoir tenu !!!!!!

    Thierry

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois dire que c'est un ami qui m'a conseillé de ralentir l'allure à laquelle je voulais partir... je voulais partir à 5'

      Supprimer