mercredi 31 août 2016

Trilogie : mon 3ème Triathlon de Chantilly

Ce Week end se déroulait le triathlon de Chantilly, c’était ma troisième participation à cette épreuve. Cette épreuve où j’ai attrapé le virus du triple effort malgré une épreuve vécut comme un effort en 2014 (lecondé), c’est aussi sur cette épreuve que j’ai commencé à courir sur le half l'an passé.



Depuis, j’ai courus 6 triathlons pour me représenter sur la distance du half. Une distance que j’ai déjà courue cette année en Juin à Deauville. Ou mon temps référence vu établi à 6 :49 malgré une rupture du ligament postérieur 3 jours plutôt mais qui n’a été diagnostiquer que le 15 Juillet.

Tout ca pour dire que si ma confiance était là, la préparation était beaucoup moins présente puisque je n’ai recommencé le vélo que début Aout, couru que mi-aout pour laisser le temps à la blessure de se remettre. Mais aussi sans vrai piscine pendant les vacances, je n’ai quasiment pas nagé.

Je me suis donc présenter à cette épreuve non pas avec l’objectif initial qui était de 6 :30 mais qui était de faire mieux que Deauville et surtout ne pas se « surblesser »

Je remercie encore l’organisation puisque j’ai gagné ce dossard.

Rendez-vous était donc donné Dimanche à 7h-7h30 avec l’équipe. Comme d’habitude, j’aime bien arrivé de bonne heure, tout va donc bien. En allant, m’enregistrer, je rencontre d’autre Lemon avec qui naturellement je discute (Paul, James).

On part s’enregistrer mais eux finalement rester, le temps que je me rende compte (que je parlais dans le vide) ils ont été retrouvé un autre membre de l’équipe. Je me rends à l’enregistrement qui n’a pas de trace de moi. Pourtant, je suis bien sur la liste des inscrits sur le site. En tout cas c’est cela qui débloque la situation. Cette année un sac avec pas mal de barre énergétique et une ceinture dossard 2 trous en dotation.


Je pars installer alors mon vélo dans le parc. A ce moment-là, je m’aperçois que j’ai perdu entre la voiture et le parc m’a trousse à outil.  La boule au ventre s’installe l’an passé j’ai crevé 3 fois (2 fois pendant l’épreuve, 1 fois après). Il est trop tard le temps de s’intaller de faire tout le chemin gloups.

Je retrouve Paul qui finit de s’installer et part sur le lieu de rendez vous. Finalement, je refais une partie du chemin mais pas tout et pas de trace de la trousse. Je tombe alors sur Tristan, Marc, Guillaume et donc sans trousse.



Avec tout ça, je ne suis pas présent sur le lieu de rendez vous pour la photo, et on se rend au briefing départ qui ne sert quasiment à rien on voit pas les cartes.

On discute donc et plouf on se met à l’eau.
3 minutes, plus tard le départ est donné. Je pars en crawl et pour une fois j’arrive à le maintenir et à le poser malgré les autres coureurs. C’est finalement les zizague qui me refont repasser à la brasse.
J’ai l’impression d’être beaucoup moins bien que l’an passé et d’être affreusement plus long. Cette impression est renforcée en quittant l’eau 50’’51 contre 43 dans ma mémoire l’an passé. 7 minutes je me dit, bon c’est les 2 crevaisons de l’an passé que tu dois pas avoir.
Finalement en regardant après la course, j’ai fait quasiment le même temps. 50’’14 en 2015 contre 50’’51 soit seulement 37 secondes de plus
Pas de progrès.

Petite précaution en regagnant l’air de transition, avant même d’enlever la combi, je mets en mode verrouillé la montre, marre d’actionner les boutons en enlevant la combinaison.


J’arrive au vélo, c’est un vrai bordel, mes affaires sont sans dessous, merci les concurrents d’à côté.
Je passe du temps à m’équiper du coup. Et ma transition est de 8’’51 contre 6’’15
Je pars en vélo. La boule concernant les crevaisons revient en roulant sur les chemins en terre/sable. Je passe le premier kilomètre, ça va mieux coté esprit. Qui vivra Verra…
Je lance la machine mais ouah quel vent. Je finis la première boucle avec une moyenne de 29,2 km/h un peu éloigné de l’objectif de 30 km/h.
Cette boucle est plus longue que l’an passé, il me semble.


Pendant la seconde boucle, les choses se gâtent, Il y a plus de vent. Et c’est bizarre cette impression que sur une boucle tu as toujours le vent de face, ce n’est pas normal non ? On s'est trompé d'ennemi, on attendait le soleil et ce fut le vent sur la partie vélo.
Dans des descentes, je suis obligé de forcer pour reprendre de la vitesse alors que je devrais en profiter pour souffler un peu.
Mais ouf, j’ai pas crevé. J’ai pu finir le vélo.

Je finis le parcours à vélo qui fait 8/9 km de plus que l’an passé en 3h21’’58s , soit 29,5 km/h contre 27,6km/h l’an passé. Je préfère comparer en vitesse car l’an passé il y avait les km en moins et en même temps il y a eu aussi deux les deux crevaisons en moins.
En terme de temps c’est 3h21’’58’ cette année contre 3h18’’18


Transition 2 : Tout se passe bien, je me prépare à la CAP quand j’entends une voix. Ca va Philippe Tu as besoin d’aide. C’est Paul qui m’annonce avoir fait un parcours de ouf et fini 8ème en 4h08 (Pour mémoire je connais le record de l’épreuve à 4h04). Je le félicite mais assez concentrer ou pas assez lucide pour réaliser ce que Paul m’annonce.

La T2 est aussi plus longue puisqu’elle se déroule en 5’’08 contre 3’’45 l’an passé
Je repars en courant.
Au départ de la CAP, j’entends une charmante demoiselle m’encourager « Allez les lemons », j’avoue que je ne l’a reconnait pas (je n’ai pas mes lunettes de vues mais celle de soleil).
Je pars pour le moment tout va bien, je me souviens que l’an passé j’ai craque dès le départ. Je suis donc content. Je ne m’en aperçois pas mais je suis plus rapide que le rythme que je m’étais fixé.


Je finis par le payé cash assez rapidement, et le passage qui me tue c’est le parking ou je respire la poussière des voitures. Je croise Paul de nouveau en train de fumer. Alors que moi, je me suis hélas déjà mis à marcher, je lui dis qu’il m’écœure 4h08 et il fume. Il m’avoue alors son mensonge. Ca me travaillera quelques minutes à me demander ce qui s’est passé. Mais finalement pas plus que çà, je me relance dans ma course, j’ai l’intention de la finir

Je m’accroche c’est hélas plus de marché/courir que courir. Ca gamberge là-haut quand je compare avec Deauville ou j’ai craqué dans les 5 derniers km.


A 1 km, je vois ma petite femme avec l’appareil photo et les encouragements, il me reste 1 km. D’après mes souvenirs, l’an passé je suis à 7h19 je peux donc finir devant.


Dernière ligne droite, je m’accroche, j’ai même la force d’accélérer je force vraiment, je vois ma femme couper et courir à l’arrivée pour la photo.


J’accélère, les dernières marches, le dernier courant, j’entends les encouragements. 

Je finis la course en 2h50’’22 contre 2h57’’22

Je passe la ligne d’arrivée en 7h16’’27s et j’entends le speaker prononcer mon nom à l’anglaise. Je souris. Je prends la médaille et retrouve ma femme. et finalement ce n'est pas de 3 minutes que je bat ma performance de l'an passé mais uniquement de 3 secondes.... J'ai bien fait d'accelérer

J’ai souffert mais je suis mieux que l’an passé. Musculairement, je vais mieux. J’ai plus de lucidité.

Bien sûr, je pense à la Battle d’Arbre pour les Amis de Mikhy et la photo qui va avec ;).

Pour ceux qui veulent plus d'information sur cette Battle et son but, cela se passe ici


Coté Organisation : L'eau m'a parut encore plus sale que l'an passée, mais bon je savais à quoi m'attendre. Coté vélo : Il faut rappeler que la circulation n'est pas interrompu, il faut donc s'attendre à des comportements d'automobilistes un peu voir totalement débile. Mais si quasiment toute les intersections sont sous controle de la police ou d'un bénévole. Curieusement rien entre le km26 et km 27. Au seul virage dangereux, les bénévoles étaient la pour prévenir. Quand au ravito vélo, rien à redire. Pour la CAP, le parcours pourrait peut-être etre revue pour éviter le parking, c'est vraiment le point noir du parcours. Pour les ravitos CAP, je dirais que cela manque un peu de solide mais peut-être est-ce du à ma position dans la course. Pour les bénévoles, je dirais qu'ils font un travail d'enfer avec le sourire et les encouragements. Donc merci à eux 


Bilan : Je suis déçu c’est clair pas la peine de chercher des excuses. J’ai foiré mon Triathlon. Maintenant, je peux voir la bouteille à moitié pleine : j’ai eu une préparation foireuse, il y avait du vent. Mais bon cela reste une vrai contreperformance. Le seul point vraiment positif à 100% : c’est que j’ai aucune douleur à la jambe droite.

Plus de Triathlon de prévue pour cette année, mais un Marathon le 6 Novembre, le prochain Triathlon sera sous la franchise Ironman et se déroulera à Aix 2017 devrait donc être une année vraiment consacré au Triathlon, pas de marathon, ni de semi. 

Voila donc le prochain objectif :






7 commentaires:

  1. Bravo à toi !! Ah ah tu m'a faire rire avec tes 3 secondes :-) Moi j'ai fait la petite course cette année et pour la première fois ! Tu vas rigoler aussi en lisant mon récit héhé. Je pense à faire le format supérieur l'année prochaine.

    RépondreSupprimer
  2. Bravo quand meme pour ta course ! Est-ce que tu as deja choisi ton 70.3?

    RépondreSupprimer
  3. Petite déception, mais tu réalises quand même une belle course où tu es plus à l'aise, et aussi avec un parcours vélo qui est plus long!
    Bravo, maintenant met le cap sur ta prépa marathon, une petite coupure, puis une grosse base de foncier pour préparer Aix 2017... et pourquoi pas Zurich ??? ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Oui Petite déception mais l'essentiel est là, pas de blessure. Une visite chez le kine post course qui me dit après examen que les blessures sont bien derrière moi. Oui il y aura une coupure post marathon. Zurich ne fait pas rêver la famille....

    RépondreSupprimer
  5. bravo Philippe il te faut retenir l'essentiel pas de douleurs pour l'an prochain tu va exploser tes records avec une bonne préparation.

    RépondreSupprimer