lundi 1 août 2016

Entrainement : Sur la Route du Tour

Etant en congés dans le lubéron, du coté de Gordes pour être précis, cela fait une semaine que je ronge mon frein : j'ai pas le droit de faire de vélo avant le 30/7.  C'est un ordre du médecin du sport suite à la rupture de mon ligament postérieur au niveau du genou. Il n'en revient toujours pas que j'ai pu faire mon Triathlon de Deauville, 4 jours seulement après la blessure.

Aussi, il n'était pas question de faire autrement, j'ai suivi les consignes scrupuleusement. Surtout que deux Objectifs arrivent à grand pas : Le Triathlon de Chantilly fin Août et un Marathon début Novembre.

Après une petite sortie de 20 km avec 250 dénivelé qui s'est très bien passé, j'ai donc décidé d'augmenter la difficulté  en terme de distance et en terme de dénivelé.



Un rapide coup d'oeil sur la région et deux petits cols ne sont vraiment pas loin : le col des trois termes (574m) et le col de Murs (627m). Pour ceux qui ont suivis le tour de France, le premier col étaient sur la route des cyclistes.

Départ 8 h pour ne pas trop souffrir de la chaleur, un départ qui annonce la couleur directement puisqu'il faut monter immédiatement pour redescendre sur l'abbaye de Senanque. En plus on a le vent dans le Pif ! Pendant la descente, je ne peux résister à l'envie de faire un photo de l'abbaye que l'on surplombe.


Arrivée à l'abbaye, la montée vers le col est lancé directement et je dois dire que l'on perd très rapidement l'élan procurer par la descente. Le dénivelé est assez élevé pour une reprise, et je dois dire que je dois bien pousser sur les pédales pour maintenir un rythme.

Une montée de 23  minutes pour arrivée et voir le panneau du premier col.


Un peu d'étirement, lol



C'est aussi le moment de boire et de se décider si je suis en état de faire le second col, et oui je suis vraiment à l'écoute de mon corps pas l'intention de forcer si j'ai la moindre gène. La décision est vite prise, je vais bien les jambes ne sont pas trop rouillée, et pas de douleur. Je prend donc la décision de continuer.

Une petite bouche de bar énergétique, boisson et nous voila reparti. Le paysage est magnifique mais je n'en profite pas trop. En effet, le vent étant assez important et par bourrasque je tient bien mon vélo. Ce qui ne m'empêche pas de faire des embardées quand je prend le vent de coté. C'est la joie des jante haute.

La descente se passe donc bien, on a presque froid entre le vent et l'ombre. Du reste le sol est encore mouillé.

On entame la seconde ascension, celle ci n'a pas été effectué par les coureurs du tour de France. Et cela se ressent sur le revêtement qui n'est pas neuf comme sur la première partie mais qui colle à la roue.

La montée est plus longue mais les dénivelés sont moindre. Une ascension qui s'effectue en 30 minutes, avec une photo finish au col.

et bien sur la photo du panneau :


La fin du parcours est une succession de descente et montée avec un très grande descente de Gordes jusque la maison.


Un parcours de 35 km bouclé en 1h52m43s. soit une vitesses de 18,6 km. C'est pas une performance mais pour un reprise du denivelé c'est correct. Strava indiquait un parcours de 1h27. Un effort mesuré puisque la garmin m'indique un temps de récupération de 19 h seulement et 95 % dans le vert au niveau cardiaque



2 commentaires:

  1. Jolie sortie, mais pas facile avec le Mistral!
    J étais sur Avignon samedi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te confirme. Bien cramponé au vélo pour éviter de partir dans le fossé

      Supprimer