mercredi 1 juin 2016

Course : Mon Triathlon de Paris 2016

Je m’excuse d’avance cette chronique contient peu de photo mais j’avais pas l’appareil photo et j’ai visiblement été oublié par les photographe de maindru, qui ne m’ont photographié qu’à vélo. A 35 € les photos, ça fait cher pour 4 photos à vélos quasi identiques.

C’est donc le jour des  deuxièmes : 2 ème Triathlon de Paris, 2 ème Triathlon format M et 2ème étape de mon Tri Triathlon.

Retour sur un village très sympa avec en plus l’équipe présente sur un stand :




J’ai même résisté à la Garmin 735 présente sur le stand de garmin et sur celui de lepape, mais je ne voulais rajouter à l’épreuve la découverte de la montre.

Le triathlon est souvent plus cher que le running mais je dois dire que l’organisation a su doter le sac du dossard avec quelque chose digne de quelque chose, ASO pourrait s’en inspirer.

- Un bidon
- 2 sick Stimium
- Une cure d'un moi de spituline
- Un paire de chaussette ( 41-45) désolé pour les demoiselles
- un Buff
- deux revues


Dimanche matin, c’était un peu la galère avec les grèves pas sur des RER, je me suis donc lever de bonne heure pour assurer le coup 4h45
Garé pas loin de l’arrivée, je rejoins le RER à invalides dans un Paris comme j’aime bien silencieux et moi-même à vélo je ne fais pas de bruit (vous comprendrez la remarque)

Arrivée de très bonne heure sur le site de départ, je repère les lieux et les changements d’organisation pas rapport à l’an passé.

  • 1er changement : Nous sommes placés en fonction de notre numéro de dossard
  • 2éme changement : l’entrée dans le parc à vélo après la natation a été un peu allonger
  • 3eme changement : la sortie vélo ou les camions pour les sacs de transition sont disposer.



Je me ballade et prépare mes affaires, le temps est menaçant je dispose donc mon sac de transition sur mes affaires pour qu’elle ne soit pas mouillée au cas ou.



Vers 8h10, je vais retrouvé quelques membres de l’équipe en étant un peu inquiet pas de Tristan pas de Marc, je suis passé à leur emplacement vélo rien. Bon direction le départ natation. Mon dieu que c’est long 1500 mètres.
Le départ aura lieu avec quelques minutes de retard et c’est parti.
A 750 mètre , je me fais doubler par le premier nageur de la vague 2, ce qui me semble plutôt que l’an passé. Mais bon, je continue sur mon rythme pour ne pas m’essouffler.
Je sors de l’eau au bout des 1500 mètres en 34 min soit 1 minutes de mieux que l’an passé tout ce passe bien.
Direction l’air de transition en retirant cette combinaison.
Premier problème : J’appuie deux fois malencontreusement sur ma montre mais je ne m’en rends pas compte.
Arrivé au vélo, j’aperçois Tristan et lui cri  un petit mot d’encouragement (me voilà rassurer). je finis de retirer la combinaison et j’ai l’impression d’être très maladroit,  je fais tout tomber mais bon je suis près. Ah ce moment-là un concurrent me demande de l’aide, il n’arrive pas à retirer sa combinaison. Je l’aide en bon samaritain.

Deuxième problème : J’allume mon compteur vélo Bryton (test à venir) que j’utilise pour la seconde fois.  Et en fait comme il se déclenche au mouvement il se met en route dès que je quitte mon emplacement à vélo en courant
Moralité une transition en 9 minutes. (5 minutes de plus que l’an passé mais il n’y avait pas la combinaison) :
J’appuie alors sur ma montre et me retrouve finalement en transition 2, si bien que le compteur à vélo n’est pas fiable et la montre ne me donne aucune info.
Troisième Problème : Mon vélo fait un boucan d’enfer. Il est pourtant quasiment neuf et en plus ne faisait pas de bruit le matin même. Je m’arrêter pour voir le problème mais je ne vois rien quand je ne suis pas dessus le vélo ne fait pas de bruit…. Je prends la décision de continuer. Je me fis à la vitesse instantanée.
Au km 3, je me fais doubler par un membre de l’équipe (dossard 1163) qui m’invite à prendre sa roue ce que je fais pendant 3 km juste pour voir, après je  ma course en solitaire : Le drafting est interdit à Deauville.
Le parcours est aussi roulant que l’an passé,  sais pas s’il a changé un peu mais je trouve le revêtement plus dégradé que l’an passé.
Nombre de cyclistes qui me double ou que je double me regarde bizarrement et surtout le vélo et m’interroge pour savoir d’où vient le bruit, mais je ne sais toujours pas.
Je finis le vélo assez facilement malgré des passages bien venteux mais bon tout va bien. J’ai la pêche et j’ai l’impression de d’avoir réussi la partie vélo
Les chiffres montre que j’ai fait mieux que l’an passé 1h12m59 soit 1 minutes de moins que l’an passé. C’est peu au regard du changement de vélo.
A la transition vélo/cap je me trompe d’allée mais je m’en aperçois vite la transition se passe bien en 4m03 contre 4m30 l’an passé ou je n’avais pas le changement de chaussure.


La course à pied se passe beaucoup moins bien. J’ai l’impression d’être oppressé et je ne vois pas d’où çà vient mais je m’accroche, j’ai en ligne de mire Marc, je finis par le rejoindre.


Le parcours est moins facile que l’an passé avec une cote qui monte au Trocadéro. Le point de coté arrive et je n’arrive pas à m’en défaire. Je laisse donc partir Marc devant en marchant un peu mais il ne passe pas. Je ne comprends pas pourquoi.  Je reprends donc la courses et je double Marc sans m’en apercevoir car je zappe le ravito.
C’est alors à lui de me rejoindre dans la dernière descente mais je ne peux pas maintenir le rythme, je libère donc Marc pour ne pas le pénaliser, je regarde ma montre je me rends compte que je ne pourrais améliorer mon temps de l’an passé.
Je finis tant bien que mal et je dois même dire que je finis avec un sprint donc je ne me sentais pas capable mais quelques places à gagner et quelques secondes. Un sprint à tel point que j’ai failli percuter les charmantes de demoiselles qui remettait les médailles.

Je retrouve Tristan, Marc puis la Team Lemon Grass Triathlon : On debrief et on pense même pas à faire une photo. On va récupérer nos affaires, nos vélos et bon je me fais chambrer sur le bruit de ma roue arrière cette fois ci.
J’ai compris d’où venait mon oppression en courant en retirant la ceinture flipbelt soit j’ai fait du gras ce que la balance n’indique pasi la combinaison natation n soit elle à rétrécit….

J’ai donc échoué sur l’amélioration de mon record personnel  notamment sur ma transition 1 et aussi surtout sur la course alors que j’avais les jambes mais hélas pas le souffle

Un Triathlon mi figue mi raisin, j’ai appris pour le prochain :
  • Ne pas jouer les samaritains
  • Ne pas déclencher le compteur vélo trop trop
  • Mettre la montre en mode verrouillée pour la natation
  • Ne pas mettre la ceinture flipbelt
  • Faire contrôler mon vélo

e En tout cas du repos, il me faut pour le prochain car aujourd'hui mes ischios tirent un peu, heureusement j'ai une visite chez le kine ce jeudi.


Mais bon ne cherchons pas d'excuses on est non seulement loin du temps de l'an passé mais loin de celui espéré. Un certain Mat dirait qu'il ne faut pas toujours souhaité battre son record perso. N'oublions pas que mon objectif de l'année reste fin août.

Je finirais en disant que l'organisation est vraiment au top. Les transitions, les ravitos, le ravitos final, et la gestion des sac de la T1 et du finisher nettement mieux gérer que l'an passé. Si ce n'est qu'il aurait pu être un peu mieux flècher.
On send une organisation rodée après le galop d'essai de l'an passé. Un bémol quand même le plan d'eau même si c'était mieux que l'an passé c'était encore perfectible. Pour ma part, j'ai pris une branche... Mais y du mieux....






9 commentaires:

  1. Bravo Philippe pour ce triathlon dommage que l'on ne soit pas rester ensemble jusqu'au bout, pour ma part je n'ai pas eu la spiruline dans le sac. Qui a osé te chambrer pour le bruit de ta roue arrière ? Repose toi pour Deauville
    Marc dit runnerfou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant le bruit est tout à fait normal.
      Par contre pas celui de la roue avant...
      Mince pour la spiruline :( toi qui est n fan.

      Supprimer
    2. Bravo à vous tous finishers de ce Tri!
      On continuera à se croiser sur le bitume en ce qui me concerne!
      Vos expériences ne m ont pas convaincu mais ne jamais dire jamais!

      Supprimer
  2. Bravo Philippe je pense que malgré ta déception cela te servira d expérience
    Persuadé que tu pourras améliorer ça à Deauville
    A suivre .Cédric

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je tempère c'est une déception en demi teinte ;) merci

      Supprimer
  3. Un Triathlon riche d'enseignement qui te permettra de corriger les petits défauts pour être au top en Août.
    Bonne recup.

    RépondreSupprimer
  4. Tu feras un retex pour tout comprendre.
    Bravo !
    Thierry

    RépondreSupprimer