mercredi 4 novembre 2015

Et si le marathon devenait un sport collectif ?

C'est exactement ce que m'avais proposé le responsable sport de l'association les amis de Mikhy l'an passé, Hélas, je n'avais pu être disponible. Aussi quand il me l'a proposé pour 2015, j'ai répondu avec enthousiasme à l'appel. Courir un Marathon en relais, voilà l'idée. Cela s'appelle un Ekiden, et donc en ce 1er Novembre j'ai participé à l'Ekiden de Paris.


Rendez-vous était pris donc 8h15 devant l'hotel de Ville de Paris, et comme d'habitude non seulement j'arrive bien avant mais je me retrouve tout seul.

Je fais donc un petit tour et vois tout le monde s'activer :



et le rassemblement des bénévoles sans qui rien n'est possible.




L'idée est donc de représenter Les amis de Mikhy par deux équipes de 12 personnes + 1 Coach au commande (surtout pour les photos, la parlotte et les bonbons enfin de course).


Comme j'ai le marathon de la Rochelle enfin de mois, j'ai préféré prendre un relais de 5 km et c'est moi qui commence car j'ai une réputation (semble-t-il) d'être toujours à l'heure....

On commence à se préparer tous très sympathiquement, mais il manque un relayeur et dans mon équipe, bon il devrait arriver avant son tour car c'est le dernier.

On prend la photo de départ


Mais aussi derrière :

Il faut bien voir le nom de l'équipe quand même


J'ai quand même l'impression que Martine s'est mise en mode Couguar

Et ahmed en mode charmeur 



Et je me dirige vers la ligne de départ. Le relais est un baton qui peut s'enrouler au poignet comme le montre la première photo, c'est très pratique

Le départ est donné à l'heure, et les 980 équipes s'élancent et là c'est le drame pendant environ 500 mètre on piétine, on marche, on s'arrête. La délivrance sera sur les quais on le peloton s'étire.

J'aperçois l'équipe un ptit signe et je me concentre.


On peut se demander pourquoi j'ai pris l'appareil photo pour la course


Curieusement, c'est mon premier 5 km, je sais pas trop comment l'aborder parce qu'en plus j'y avais pas réfléchis, je part donc sur une cadence de 4m40 au km. Le premier km est bouclé en 5m02, je paye le départ chaotique. J’accélère un peu pour compenser

Je finis les 5 km le relais "bâton" à la main ce qui laisserait penser que je veux passer le relais à la zone 1 mais je sais que s'est bien à la zone 2 que m'attends Ahmed.

Il y a un peu de rab car finalement la zone de relais numéro deux est un peu plus loin mais bon 200 m sur un 5 km ce n'est pas la mort. Je regrette d'avoir accélérer si tard sur le dernier kilomètre mais bon c'est fait le relais est passer sans problème à Ahmed qui lui entame un 10 km. Comme dirait le bonhomme dans un célèbre jeu " Travail accompli"

Je passe au ravito très bien garni franchement, ils ont assurés. et rejoins l'équipe. Pour moi, j'imaginais cette parti vraiment ennuyeuse car il faut maintenant attendre plus de 3 h la fin..... et finalement non cela passe super vite, à encourager l'équipe, les prendre en photo.

Voila une partie des autres relayeurs




Le temps passe et toujours pas de notre 6ème relayeurs n'est pas la, mais bon à notre plan B, Indard prendra sa place....

Mais finalement dans une course tout ne se passe pas comme on le veut, Indard se blesse, il a quand même la force morale pour finir mais il ne peut assurer le dernier relais. Je serais donc le plan C. Mais bon pas question d'aller vite et de prendre de risque pour ce dernier relais de 7,2 km


Je me dirige vers la zone de relais, et là je dois dire que j'ai un choc, j'arrive pas à les lire moi les panneaux qui annonce les coureurs, je suis trop loin. Je guette donc Yasmine qui en plus ne sait pas qui prend son relais et je m'élance.

Force est de constater que ma volonté de ne pas aller vite se heurte à la réalité de la course et comme je suis le dernier relayeur, cela a un effet encore plus galvaniseur... si bien que je fait le premier kilomètre en 4m16 bien trop rapide pour moi, je décide donc de ralentir et de me caler sur un rythme de 4m45, je vais un peu osciller autour et tenir la distance avec un rythme de 4m48 pas mécontent.


L'arrivée est superbe plein de monde, je vois Mat, mais je vois surtout une ombre sur ma gauche qui essaie de me doubler, j'accélère vraiment au bout de se que je peut faire. Je dois dire qu'il faut la photo finish, car on finit dans la même seconde :





Merci au photographe : https://www.facebook.com/giaorunning/

Bon maintenant la question méthaphysique que je me pose : sachant que j'ai franchit la ligne de départ mais aussi le ligne d'arrivée, puis je m'accorder le crédit d'un marathon en 3h31m59s

On peut retenir qu'un Ekiden c'est vraiment une autre course c'est festif et convivial, c'est l'esprit d'équipe avant tout. Je garde de mon premier un excellent souvenir d'autant que mes partenaires étaient à la hauteur de l'évènement : Sympatiques, compétiteurs et représentants les Amis de Mikhy (#lesamisdemikhy )

1 commentaire:

  1. Bel article Phil et merci à toi pour cette belle participation ;-)
    Mat.

    RépondreSupprimer