vendredi 10 juillet 2015

Triathlon de Paris : Le corbeau fait place au phoenix ?

Je me suis lancé l'année passée sur le Triathlon sur un défi avec un ami. Je m'étais alors présenté au Triathlon en dilettante sans entrainement spécifique ni en natation ni en vélo. J'avais alors vécu une journée en enfer (compte rendu ici).

J'avais donc fini ce premier Triathlon en me disant qu'on ne m'y reprendrais plus, ce fut du reste mes premiers mots à mes supporters, et une question me taraudait quand on met 3:39 pour un S+ et qu'on finit avant dernier parmi les finishers, pouvais je me prétendre Triathlète.

Aussi en décembre quand j'ai reçu les premières invitation du Triathlon de Chantilly, j'ai pris la décision de me réinscrire, mais sur quelle distance ? Au début la distance Olympique, puis très vite est venu l'idée un peu folle de se lancer dans un Half.

L'inscription fut faite le 29 décembre pour mon anniversaire. Par contre, ce qui me gênait c'était de passer du Sprint+ au Half, alors quand j'ai appris que Paris refaisait son Triathlon et ce sur un M, cela n'a fait qu'un tour et je me suis inscrit immédiatement.

Quelle ne fut pas ma joie d'apprendre que Tristan serait de la partie sur un concours que je lui avais suggéré.

J'étais un peu inquiet car finalement mon entrainement n'étais pas top .J'avais repris la natation et commencé à apprendre le crawl depuis janvier mais sans trop de réussite et je n'ai pas assez fait de vélo :





Le jour est venu et moi aussi.



Le vendredi, j'ai donc été cherché mon dossard au stade Emile Anthoine, en plein cagnard, ce qui n'encourageait pas à faire un tour au village.

Le samedi, je me suis rendu pour déposer le vélo. Diantre ça fait un sacré effet de voir un stade de foot entier comme parc à vélo. Un peit tour sur l'air de natation, que cela fait long 1500 m de natation, je me demande si je suis à ma place et ce encore plus en voyant les abords :


Je laisse donc mon vélo en repartant je croise un concurrent malheureux qui repart avec son vélo, et oui il ne peut pas démonter son prolongateur. Il a fait 8 h de route pour rien, il est vénère et pourtant c'était bien marqué sur le site dans le règlement.

Dimanche matin, lever de bonne heure et sans réveil, la chaleur et la tension ont fait que je me suit levé de bonne heure à 5h, mais bon y a du chemin, faut aller déposer la voiture à coté de la Tour Eiffel (là où je bosse) puis prendre le RER direction Choisi.

Peut de Triathlète, mais on sympathise en allant au départ et finalement je suis sur l'air de vélo de bonne heure. Curieusement, pas trop stressé, et plutôt content le temps à l'air plus frais qu'attendu.

On ait un peu surveillé quand même, la NSA ?





Contrairement à Chantilly l'an passé, je prépare ma transition Vélo, je ne veux pas chercher mes chaussettes pendant 5 minutes tout est donc préparé et pensé :


Vers 8h00, c'est Tristan qui me rejoins, on discute de l'épreuve du temps, du Triathlon, de l'interdiction de la combinaison.


8h30, il est temps de rejoindre le départ de la natation. la discussion continue et il est temps de se séparer puisque nous ne sommes dans la même vague.



9:00 : les nageurs rentre dans l'eau c'est la queue à l'escalier si bien que certains passe à coté, moi pensant qu'il faut activer la puce, je patiente à l'escalier.

Si bien que lorsque le départ est donné, je suis encore loin de la ligne réelle de départ. Mon épreuve de natation commence, je commence en crawl mais j'abandonne très vite après de 300 mètres environ, car je n'arrive pas à aller droit.

La brasse me permet de fixer la cible, c'est partie. Je guette les bonnets noirs pour me donner un idée de si je suis trop lent.... Je suis surpris de pas en voir, je continue à mon rythme, c'est pas toujours facile avec les autres nageurs. Le panneau annonçant les derniers 500m, j'essaie d'accélérer, 100 m j'essaie maintenant de gérer l'arrivée pour ne pas trop être en mode boucherie au ponton. Cela se passe pas trop mal, un coup dans le ventre, tanpis. Un coup d'oeil à ma montre : 35 minutes et des brouettes, je suis surpris et me demande si j'ai mis la montre en retard car je suis à 10 minutes de mon temps. Sur ces réflexions, je me dirige en courant vers mon vélo. Je note le progrès par rapport à l'an passé ou je marchais. La transition se passe vraiment bien (enfin je le pense, vous verrez que ce n'est pas le cas). Je profite de la transition pour avalez un barre 9bar à la cacahuèteMerci au bénévole qui récupère le sac bleu dans l'allée ce qui évite d'aller vers son casier.

La transition se passe en 4 minutes, je suis pas mécontent. Après un départ en mode, je mouline une peu.


Je prends mon rythme de croisière et même plus puisque mon rythme est de 25 km/h et que je roule à 30-32. Je me pose la question de ralentir, et finalement je continue sur ce rythme.

Je ne m'essaye pas au drafting, j'estime que ce n'est pas le moment pour tenter la chute. Je trouve le parcours très roulant vraiment et là j'entends quelque chose tomber et je vois rien. Puis j'entends téléphone, grrrrrr. Je suis obligé de m'arrêter pour prendre le téléphone avec un maximum de précaution pour ne pas gêner les autres cyclistes. Je me fais rappeler à l'ordre par un arbitre qui me dit que les téléphones sont interdits, mais celui-n'éait pas en mode lecteur de musique juste au cas ou.... elle me laisse donc repartir.  Sans que cela paraissent çà fait vite tomber la moyenne, je décide donc de m'y remettre.

Comme beaucoup je pense, j'ai trouvé le parcours piégeux et dangereux tant par ce dos d'ane au dessus de câble qui ont du gêner plus d'un coureur vu le nombre de bidon par terre que par la chiance et autres rétrécissements. Je suis content de pas être dans un peloton mais je vois quand même pas mal de coureur à terre. J'en aussi crevé qui se font aider pour la réparation, je suis surpris car je pensais cela interdit.

On passe Longchamps et c'est le retour sur la tour Eiffel, je me sens toujours bien, je maintiens donc mon allure, dernier pont, l'arrivée est proche je me remet en mode petit braquet.



L'arrivée à la T2 est un peu surprenante sur un chemin pierreux. Je m'en préoccupe à peine, si je crève je finis sur la jante. Je pose mon vélo et je prends pas le temps non seulement de repérer ma place ni de prendre la montre qui me servait de compteur alors que je me le suis répéter une dizaine de fois.

La transition est peu la découverte mais je comprend vite comment cela se passe, on récupère le sac et on se change ou on peut. Malgré le fait que je sois en mizuno car je n'ai pas de chaussure vélo ni de pédale qui vont bien, je change pour mes nouvelles chaussures des Hoka Clifton qui ont quand même quelque sorties et je pars. Je sui rapidement surpris par mon rythme, je n'ai pas cette difficulté à retrouver ma foulée, alors que d'habitude il me faut quelques centaines de mètres pour que cela soit le cas. Au début je me dit que c'est la longueur de la T2, mais même pendant la T2, j'avais pas de soucis.

Le premier kilomètre est trop rapide, je m'en rends compte quand ma montre m'affiche qu'il a été réalisé en 4"46, mon temps de RP sur le 10km, je réduit donc l'llure et me calle sur 5"40. Les kilomètres se passent bien, je regrette le 2 ravitos ou je suis obligé d'attendre pour avoir de l'eau et je repart. Le 8eme kilomètre est un peu plus dure, 5"54. Mais il me permet de reprendre mon souffle et d'attaque le 9 eme kilomètre en accélérant.

Depuis le kilomètre 7, j'ai ramassé un coureur qui était à l'arrêt et que j'ai motiver il me tient le pas, on perle peut juste l'échange de prénom il s'appelle Franck. A l'entrée su stade, je lui dis que j'accélère et il répond ne pas pouvoir, je lui fixe rdv après la ligne d'arrivée et je file j'accélère selon mes possibilités et là je la vois la ligne hyper motiver, je file essayant de grapiller de précieuses place de précieuses secondes



J'arrête la montre 2h45m44 (temps officiel 2h45m55), j'en crois pas mes yeux je sais qu j'ai été vite sur le vélo mais à ce point là. Comme ma montre est nouvelle, je me dit qu'elle a merdée ou que moi je me suis loupée dans le fonctionnement. Puis j'entends le speaker : "Nous sommes à 2h50 de route". Je ne retrouverais pas Franck après l'arrivée..



Trop content, j'ai la médaille le tee shirt, le ravito est top. Il manque rien et je me dirige au massage en envoyant un SMS à Tristan. A vrai dire, je lui ai pas dit mais je suis un peu inquiet, je l'ai pas vu me doubler, j'espère qu'il n'est pas tomber. Puis le SMS salvateur, il est arrivé en 2h32 (c'est ici pour lire les aventures de Tristan) . Je le rejoint après le massage et retrouve Marc et Richard venu nous accueillir.



Marc s'est un peu loupé pour les photos, il ne m'a pas vu. Le pire c'est qu'il ne pourra pas se rattraper à Chantilly puisqu'il sera de la partie.

J'ai trouvé le passage à l'arrivée de Richard super sympa même s'il fait beau pour se balader, ca fait toujours plaisir.

La récupération des affaires est très chaotiques, tout est fait pour éviter les vols mais du coup c'est long, presque 3/4H. Grace au temps de Tristan, je calcule un peu ou doigt être mon vélo, finalement, il est arrivé au vélo très peu de temps derrière moi. Je pensait qu'il m'avait donc doubler à la T2, mais en discutant avec lui et son erreur de sac à la T2, il a du me doubler au début de la course. Mais j'avoue que ne lui rendre que 12 minutes, je suis assez content de moi, c'est l'écart qu'il me met sur un 10 km.

Voila j'ai fini mon Triathlon et dans un temps honorable bien inférieur à ma prévision de 3h30. Le temps de la natation me laisse sceptique sur la distance réelle car je tombe mon RP sur la distance de 10 min. Il faut avouer que la distance n'est pas le point fort de l'organisation qui a assurer sur bien d'autres points comme les transitions puisque le vélo fait 41 km et la CAP 9km.

Alors oui c'est mon second triathlon, je me sens un peu plus Triathlète que la fois dernière. En plus, par rapport à l'an passé, je suis pas dégouté, j'ai envie d'en refaire un.Il me tarde d'être à Chantilly et y retrouver Marc et Tristan mais sur un Half cette fois-ci. J'y serais avec les enseignements de ce Triathlon de Paris, car finalement c'était son rôle après tout.

Je dirais un grand merci à un athlète qui m'a aidé à me canaliser, qui m'a aidé à analysé mon Marathon de Paris. Je te l'ai déjà dit mais je te le redis merci Thierry et bon rétablissement.. J'avoue que çà fait plaisir de faire mieux que son objectif, cela faisait trop longtemps que cela ne m'étais plus arrivé.


La distance me plait vraiment bien mais j'ai d'autres ambitions, il va donc falloir que je m'entraîne mieux l'an prochain, j'ai déjà même peut-être mon calendrier 2016

Mai Triathlon du Roi
Juin Triathlon Deauville
Juillet Triathlon de Paris
Aout Triathlon Angers
Septembre Triathlon Triathlon Chantilly







5 commentaires:

  1. Super récit, je ne savais pas que tu n'étais pas équipé de pédale auto, ça facilite le pédalage!
    Ton calendrier 2016 est déjà bien remplit! Dommage que nous n'ayons pas d'épreuve en commun :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je l'ai ai acheté un peu tard et je manque d'entrainement en vélo, j'ai donc préféré attendre après Paris pour équipé le vélo...

      Supprimer
    2. Y aura peut être Nice en Octobre, mais ca demande confirmation ;)

      Supprimer
  2. Un grand bravo pour ce temps canon thecrow, c'est une très belle progression. Cela ta réconcilier avec cette discipline si je juge ton calendrier pour 2016. Merci pour ton récit.

    Le druide

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te confirme l'année 2016 sera surtout Triathlon ;)

      Supprimer