samedi 16 juillet 2016

Course : Le Triathlon de Chantilly

C'est mon deuxième objectif Triathlon de l'année.  Mais avant tout laisser moi vous parlez de l'évènement.


Pendant le Week End du 27/28 aout, on peut dire que c'est la fête du Triathlon au Chateau de Chantilly. Cela n'arrête quasiment pas. Les épreuves organisées sur deux jours sont très complètes puisque toutes les distances sont représentées :

Samedi 27 août

  • Adulte Courte Distance - Le Condé - 800m/40km/8km
  • Adulte Sprint - Le Louis XV - 400m/20km/4km
  • Adulte Starter Sprint – Découverte - 200m/10km/2.5km
  • Junior (13-15 yrs) - Pink Panther - 300m/8km/4km
  • Children (11-12 yrs) - Pink Panther - 200m/4km/2km
  • Children (8-10 yrs) - Pink Panther - 100m/4km/1.3km

Dimanche 28 août

  • Adulte Longue Distance - Le Gantelet -1.9km/90km/21km
  • Adulte Distance Olympique - Le Chantilly -1.5km/45km/10km



J'ai commencé le Triathlon à Chantilly justement il y a deux ans par le Condé (Lire Article) et j'ai fait mon premier Half à Chantilly également (Lire Article).

J'entends me présenter cette année une nouvelle fois sur le Half

Parcours Natation : 1900 m

Il s'agit d'une seule boucle en forme de T. Je me souviens de l'année dernière après le premier virage à droite. Le soleil est pleine face et la visibilité minimale. Le départ se fait en une seule vague. Donc si vous êtes mauvais faites comme moi partez derrière

Transition 1 
Je décris pour une fois la transition. Si elle est pas trop longue : elle a la particularité d'avoir trois types de sol : herbe, pavé (recouvert d'un tapis) et escalier. Et oui Escalier, çà met en Jambe :

Vélo : 90 km

Il s'agit de deux boucles. De mémoire, il y a un peu moins que 90 km. J'espère que le chemin au départ à été bitumé. Il m'avait été fatale l'année passé avec une crevaison à l'avant et à l'arrière. C'est le vrai point noir du parcours.



Le dénivelé est très faible. Juste de quoi faire quelques relances 


Unbon point au bénévole qui font un travail admirable sur tout le parcours et qui ont bloqué un camion qui essayait de forcé un barrage l'an passé, m'évitant un accident


La Course à Pied


21 km pour l'essentiel sur des chemins de forets, de temps en temps des chemins stabilisés et un peu de pavé. A vous de prévoir les chaussures en adéquation. Deux boucles sont à faire, il faut donc penser à son petit bracelet à la fin de la première boucle.




La course est avec un dénivelé quasi nul




Parlons Objectif : Après un temps calamiteux l'an passé, j'envisageais un temps de 6h30 maixmum. Ce qui constituerais mon record sur la distance et serait de bonne augure pour l'objectif de 2017. Maintenant, je viens d'apprendre que j'au une rupture du ligament croisés postérieur. Cela remet vraiment en question cet objectif puisque je ne pourrais reprendre le vélo qu'à partir d'Août et la CAP à partir de mi Aout....

Quoiqu'il en soit vous pouvez encore vous inscrire ici : inscription

Pour l'organisation : les arbitres de FFTri sont là pour faire observéer le règlement. L'organisation est anglaise. Le ravitos de fin est consitué par une Paella. Pour les ravitos intermédiaire : Ravitos liquide en vélo. Pour les ravitos CAP, c'est vraiment léger, léger si je compare avec on dernier Triathlon à Deauville.

Merci à l'organisation pour le dossard que j'ai gagné lors d'un concours en Décembre dernier.




 :


vendredi 1 juillet 2016

News : Du nouveau chez Eona

Eona vient de lancer son huile musculaire (article ici) et son gel Cryo (article ici) en berlingot de 10 ml.

Ce berlingot est vendu en boite de 6 .

Plus facile à emmener dans le sac de Sport, mais aussi il passe les contrôles aéroport, ce que le gel cryo en conditionnement 125 ml ne faisait pas.

Pas de risque de flacon mal fermé, juste le berlingot.

Vendu à 9,90 €, j'en conviens ca fait cher les 60 ml de produits, mais c'est vous qui voyez

Eona lance un leu pour fêter ce lancement :

Comment participer ?
  1. Suivre le compte @laboratoires_eona
  2. Indiquer votre participation en commentaire
  3. Reposter la photo du jeu avec le #berlingotseona

mardi 28 juin 2016

Test : Gel Cryo d'Eona par The Crow

Je vous ai déjà parlé de la société Eona au travers de son huile musculaire (lire article). Aujourd'hui, je vais vous parler du gel "CRYO" produit également par cette société française.

Ce gel est sensé vous procurer un effet froid immédiat c'est ce que nous allons voir.



Je vous donne la composition en vous précisant que tout est BIO

Huiles essentielles de Cajeput, Girofle, Eucalyptus globulus, Gaulthérie (Wintergreen). Menthol.

Sans paraben et sans conservateur.

La première application de ce gel fut plutôt mitigé, je n'ai pas trouvé d'effet froid.... franchement j'étais vraiment déçu.

Lors de mon passage sur le stand du Salon du running (marathon de Paris) et oui cela date, j'ai discuté avec l'un des vendeuses, et finalement elle ma bien expliqué.


Il ne faut pas faire en sorte que le gel pénètre, il faut juste l'étaler et laisser une pellicule sur la peau. Dans ce cas là, l'effet froid est indéniable. Il n'est pas aussi fort qu'un pain de glace appliquée sur la zone mais il a des huiles essentielle en plus.


Pour ma part, c'est une très bonne solution d'appoint. Lors de mes derniers problèmes, je l'ai appliqué en alternance avec de la glace. Le soulagement est lui aussi indéniable.

Le tube coûte environ 14,5 €

Il peut être associer au Spray Cryo que je n'ai pas pu tester. Je ne me prononcerais donc pas sur ce spray Il permettrait de porter l'effet froid de 15 minutes à 1h30.... à voir donc...


jeudi 23 juin 2016

TEST : la Garmin 920 vu par The Crow


Voila 8 mois que j’ai la Garmin 920 XT. Il est peut-être temps de faire un bilan.




Pourquoi avoir choisi la 920XT ? Parce que je cherche une montre triathlon. Cette montre semble répondre au critère d’autonomie et de multisport demandé.

Pour l’essentiel j’ai fait le test de la montre sur la course à pied, mais sans négliger le vélo et la natation.

Le premier contact avec la montre est bon, je regrette toutefois qu’il n’y ait pas de chargeur mural pour ce prix. Le câble de rechargement est pratique et la montre s'y glisse naturellement.

La montre est régulièrement mis à jours. Les tests se sont arrêtés avec la version 7.10



Le paramétrage de la montre est rapide et se fait en 5 minutes ainsi que le couplage avec l’iPhone.  Eh oui c’est une montre connectée, cette connexion vous sert non seulement pour synchroniser vos activités mais également vous présentera les appels que vous recevez ainsi que les SMS et notification.
Cela fait peut-être gadget pour vous mais lorsque vous vous entrainez le midi sur l’heure de déjeuner c’est pratique pour savoir si l’appel est urgent… En Course, vous recevez les encouragements directement au poignet.
Mieux comme c’est une montre pour tous les jours, vous pourrez avoir votre téléphone en silencieux et savoir qu’on vous appelle même en étant éloigné du téléphone ni même dans la même pièce. Elle vous permettra même de compter le nombre de pas que vous effectuez. Elle est si légère que vous l’oublierez rapidement.
Comme tous les traqueurs d’acivité, il y a une certaine forme d’approximation... Le brossage de dents vous fera parcourir plusieurs dizaines de pas ! La 920 passe pas trop mal le test de la moto mais j’ai vu mieux : sur un trajet moto de 40 km, on franchi les 200 pas….

Faisant traqueur d’activité, elle analyse également votre sommeil pour peu que vous dormiez avant. Pas de déclenchement automatique, il faudra le matin indiquer sur l’appli smartphone les horaires de votre sommeil, c’est pas long mais c’est fastidieux, pour une analyse basique :

Passons maintenant au principal, on achète pas une 920 pour un traquer d’activité mais pour faire du sport. Il y a beaucoup moins de sport disponible que sur le Fénix 2 qui semblait vraiment être un record :
  • Course
  • Course en salle
  • Natation en piscine
  • Natation en eau vive
  • Vélo
La montre détecte donc votre activité sur un tapis de course, comme je n’ai pas de tapis je n’ai pu tester cette fonctionnalité.
Course
La montre trouve rapidement le satellite, il faut compter environ 30 sec. Et ce temps est constant, il ne se dégrade pas au fur à mesure …. Sur les 4 mois, je n'ai pas eu de perte de satellite comme j’avais pu connaître avec la Fenix 2.
La montre est entièrement personnalisable quant à son affichage de 1 à 4 informations à l’écran qui restent très lisibles. Vous pouvez mettre le fond noir ou fond blanc en fonction de vos préférences.
Il faut noter que l’allure instantanée s’incrémente de 5sec en 5sec. Pas de détail entre les deux mais aussi comme beaucoup de montres il lui faut le temps de calculer cette allure. Du reste elle vous donnera tous les kilomètres (ou +) en fonction de votre réglage avec la moyenne du dernier kilomètre parcouru au centième près.
Que pouvez-vous affichez : vitesse, allure, distance, fréquence cardiaque, cadences, calories…. Vous voyez pas mal de choses que personnellement je n’affiche pas, je regarde surtout ça après course. Mon écran favori : temps écoulé, allure instantanée, allure moyenne, distance parcourue.
Les entrainements simples (type fractionné) peuvent être programmés directement sur la montre tandis que les entrainements un peu plus compliqués doivent être programmés sur l’ordinateur puis synchronisés.


Pour ces entrainements, la fonction vibration est bien pratique même si j’aurais préféré que la vibration soit un peu plus forte, d’autant que le son n’est vraiment pas fort.
Pas de révolution sur la ceinture cardiaque, c’est la même que pour la Fenix 2 ou les autre Garmin (j’ai l’impression).  Elle est détectée rapidement par la montre. Donc pas plus désagréable en fait, parfois on envie quand même la Cardio TomTom, mais elle semble plus précise et c’est bien l’essentiel.
Coté Course : la montre fait donc le job (et à ce prix-là tant mieux).

Coté Vélo :
Comme je n’ai pas capteur supplémentaire, pas de chose à rajouter par rapport à la course.  J’hésite à acheter un support pour la mettre sur le vélo de façon à ne pas passer mon temps à essayer de lire la montre. Par contre la montre étant ANT+ elle se couple avec mon capteur de cadence incorporée dans mon vélo.

Les informations données sont équivalentes à la course à pied :

Coté natation
En piscine : Une fois avoir indiqué la longueur du bassin, la montre incrémente votre distance assez bien. Je dis assez bien car il y a un bémol. La montre reconnait la nage que vous pratiquez et s’en sert. Si bien que si vous faites un exercice de type éducatif comme juste du battement de pied, la montre est perdu et ne comptera pas la distance sur cet exercice.
Les données analysables sont le temps, la distance (c’est un minimum), la vitesse, le nombre de mouvements par longeur, le SWOLF.
Contrairement à la Polar V800, il n’y a pas de mesure de la fréquence cardiaque dans l’eau, c’est dû au choix de Garmin de rester avec la technologie ANT+
Les blancs dans le graphe ci dessous représente les éducatifs type battement crowl :

En eau libre : Pas de secret si vous faites du crawl pas de soucis. Par contre la brasse, la montre passant sa vie sous la surface de l'eau elle ne capte pas le GPS. Voila mon dernier Triathlon de Paris. Le parcours aurait du être sur la totalité du plan d'eau en remontant, l'arrivée étant symbolisée par le carré rouge. Je n'ai que le départ :





La synchronisation avec le smartphone se fait facilement, il suffit d’ouvrir l’application Garmin Connect et elle se lance directement. Ce qui évite finalement de passer sur l’ordinateur. Mais attention, l’ordi reste obligatoire pour recharger (sauf si vous faites l’achat d’un adaptateur mural) mais aussi pour synchroniser vos entrainements complexes.
Vous pourrez aussi avoir pas mal d’informations sur le smartphone mais beaucoup moins complet que sur le site. Vous pouvez même suivre l’usure de votre matéiel et savoir combien de km vous avez fait avec telle ou telle paire de running.
Et l'autonomie me direz-vous (car c’est aussi le nerf de la guerre) ? Pour ce qui est des ultras, il faut d’abord savoir que vous pouvez jouer aved différents régalges comme le traqueur d'activité ou les notifications, sans forcément réduire sur la fréquence de consultation du GPS.
Pour ma part avec le traqueur d’activité et les notification d’activés je tiens environ 1 semaine avec 3h de natation, et 4h de CAP et il reste environ 25 %, Vous l’aurez compris il vaut mieux désactiver le traqueur d’activité si vous partez pour un Ultra ou un IronMan.

S.A.V.
Je suis quasiment un habitué : j'ai eutquelques interventions avec  SAV dont deux sont plus des demandes de renseignements.
  • Echange Standart de la montre : Garmin ayant détecté des anomalies sur certaines séries, les montres ont fait l’objet d’un rappel pour être échangées. J’aime cette pro-activité, par contre j’ai moins aimé les 3 semaines sans montre car il n’y avait plus de stock. Ils auraient pu assurer un peu.
  • Relevé natation incomplet : des blancs apparaissent lors de mes séances. C’est en fait normal car cela apparait quand je fais pas de nages pures mais des éducatifs comme juste battement de jambes.
  • Erruption cutanée : celui-ci est en cours. Je suis peut être maudit mais je fais une allergie cutanée à la montre. Pour être sûr j’ai changé de poignet et l’éruption à changer de poignet, là je suis en contact avec le support de Garmin pour voir ce qu’il peuvent faire…. et oui je suis allergique à la 920. Un passage chez le dermatho, pour soigner correctement cette erruption.  J'ai changé de 920 et l'erruption n'est pas revenu.


Il faut noter que le support Web par mail ne sert à rien on reçoit toujours la même réponse au bout de deux jours : « Afin d'obtenir plus d'information au sujet du problème rencontré, veuillez contacter notre support technique à ce numéro : 01 55 69 33 99. Nous sommes disponible du lundi au vendredi de 9h à 17h. ».

Le dernier problème que j'ai eut avec la 920 XT, c'est la veille d'une compétition (le triathlon de Deauville), la montre se bloquait à l'allumage et n'allait pas au bout de la séquence de démaarage si bien qu'elle était inutilisable. Le support Garmin m'a fait un  échange mais bon après la compétition....

Garmin Connect
Le site est plus que complet. Vous avez un maximum de statistiques, à tel point que vous n’exploitez pas tout.  Je pense qu’avec un Coach, il a de quoi vous faire changer petit à petit votre foulée pour gagner en autonomie.
Il vous permet aussi de préparer vos équipements un peu plus complexes :

Vous avez un petit espace communautaire qui vous permet de savoir les performances de vos amis et de vous comparez à leur activité. Attention, la comparaison s’arrête à la distance pas d’analyse de la performance.


Il y a aussi pas mal de possibilités pour avoir des statistiques sur des périodes données :

Par contre, un module ne fonctionne pas celui des programmes, enfin pour moi. En effet, quelles que soient les options choisies, il ne trouve aucun programme d’entrainement c’est dommage…

Vous pouvez même suivre le kilométrage effectué avec vos paires de running :



Conclusion
Car il faut bien conclure ! La Garmin 920 XT est une belle montre aux très bonnes performances en relation avec son prix qui n’est pas donné. Je n’ai pu la mettre en défaut pour la CAP et le vélo, alors que la mesure des distances de natation est perfectible à mon avis.
Coté solidité, elle semble solide. Je trouve toutefois que le verre se raye un peu trop facilement si je compare à ma Polar RC3.
Est-ce que je la conseillerais ? OUI si vous faites d’autres sports que la CAP comme le triathlon vous exploiterez l’ensemble des capacités de cette montre.
Vais-je la garder ? Pas sur, la 735 XT me fait de l'oeil

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !
(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

lundi 20 juin 2016

Test : Lunettes Loubsol Campan by The Crow

Lors de mes courses je suis souvent confronté au port de lunette de soleil. Je porte effectivement des lunettes de vue et je ne supporte pas les lentilles (de vue j’entends). Mes lunettes se retrouvent souvent embuées en cours de course ce qui avons le n’est pas très pratique. Je suis également assez photosensible à la lumière.



Quand j’ai eu l’occasion de tester les lunettes Lousbol, je n’ai pas hésité.



On m’a donc prêté le modèle Campan qui existe en deux coloris comme vous le voyez. J'avoue avoir un faible pour le coloris  noir.



Vous conviendrez que le look de ces lunettes est plus que sympathique. Ce qui m’a sauté aux yeux dans un premier temps c’est les trois petites fentes disposées sur chaque verre. Cela m’a donné l’espoir de ne plus avoir de buée sur les lunettes.
Comme, je vous le disait je suis très sensible à la luminosité, il fallait que les lunettes soit suffisante, ce qui fut le cas, je vous laisse juger :

Les lunettes offrent une protection aux UV : N° 3 : Cette catégorie de verre est la plus répandue. Les lunettes composées de verres de catégorie 3 sont conçues pour le sport par forte luminosité. Ces verres, le plus souvent gris ou marron, conviennent par temps ensoleillé en plaine ou en moyenne altitude avec une forte luminosité.  Leurs teintes restituent la vision naturelle des couleurs.






Lors des courses aussi bien entrainement que compétition, j’ai pu constater que la buée n’apparaissait pas les trois fentes de ventilation jouent donc leur rôle à la perfection.




J’ai testé les lunettes par temps semi-couvert et ensoleillé (eh oui on a eut quelques jours de beau temps, j’ai sauté sur l’occasion), la teinte des lunettes jouent également leur rôle et c’est suffisant. Il m’a fallu un temps d’adaptation mais c’est normal puisque ces lunettes ne sont pas correctrices.

Je n’ai rien à reprocher à la tenue pendant la course aussi bien sur le vélo que sur la CAP. Les lunettes ne bougent pas et les barres ne serrent pas trop.




Ce sont de très bonnes lunettes que je vous conseille vivement.

Le prix est d'environ 54 €00

Pour le prix je vous les conseille, un jour le soleil reviendra


mardi 14 juin 2016

TEST : La ceinture Flixpoint par The Crow

J'ai une ceinture porte dossard traditionnelle, je me trouve confronté à deux problèmes :

- Les dossards ne sont pas toujours pas perforés
- Les ceintures porte dossards doivent avoir 3 points de fixation et la mienne n'en avait que deux.


Je rajouterais des points secondaires :

- Penser aux épingles à nourrice
- Lorsqu'il pleut, les dossards papiers se déchirent avec les épingles quand il n'y a pas de pré-perforations.

J'ai donc eux la chance de tester cette ceinture basée sur des points de fixations magnétiques.


La ceinture est de très bonne qualité et bien ajustable.


La ceinture est livrée avec deux points de fixation. Il m'a fallu donc racheter des points de fixation additionnel, bien que deux aimants auraient suffi.

La force magnétique des aimants est forte si bien que le dossard ne bouge pas.



Il est très pratique à mettre, j'ai testé la ceinture sur les 3 derniers triathlons que j'ai fait et je n'est noté aucun défaut de la ceinture : elle fait ce pourquoi elle a été conçue.


Prix de la ceinture 22 €
Prix 4 points de fixations : 10 €.

Ceux si peuvent servir pour fixer le dossard sur le tee shirt. Je n'est pas eut l'occsion de le tester en course, je reviendrais donc sur cette possibilité dans un second avis pour vous parler de la tenue et d'éventuelle gêne en course.


C'est une ceinture que je recommande  malgré son prix élevé.

vendredi 10 juin 2016

TEST : Test Roll'on de GSA

Bonjour,  il y a environ un mois je vous parlais de la crème aquasilice GSA que je trouvais vraiment efficace dans l'article ci après : http://www.thecrow.fr/2016/05/test-de-laquasilice-gsa-par-crow.html.


J'ai trouvé un inconvénient à cette crème, bien secondaire avouons le c'est sont conditionnement de 200 ml : Impossible a faire passer dans un bagage cabine à l'aéroport.

J'ai donc acheter le roll'on qui semblait bien noté sur divers sites.

L'application du produit est relativement simple grace au roll'on mais je dois dire que je n'est pas retrouvé les mêmes sensations avec cette solution beaucoup plus liquide.



En fait, je le trouve pas particulièrement efficace quand on produit actif et de plus. je n'ai pas du tout l'impression de soulagement que la crème m'apportait même si le massage ne devrait pas y être pour étranger.

le prix est d'environ 7€

mardi 7 juin 2016

Course :Mon Triathlon de Deauville 2016

Le Triathlon de Deauville sous son format L devait être la Troisième étape de mon Tri-Triathlon. Mais un accident (lire l'article ici  )allait tout remettre en question.

Un week end à Deauville :



Prologue
Nous sommes le Samedi 4 juin, C’est normalement le départ pour le Triathlon de Deauville et la question se pose : J’emmène mes affaires de Triathlon ou pas. La raison me pousse à ne pas les emmener tandis que la passion me pousse au contraire à les emmener, avec cette petite voix « on ne sait jamais demain tu peux aller mieux ».

Je ne reviens pas sur ma blessure (lire l’article ici). L’hématome me fait encore mal et enfiler mes chaussettes comme les retirer est déjà une épreuve en soit  vu les décharges que je reçois.
Finalement, c’est la passion qui l’emporte nous partons avec vélo et affaires de courses.
En deux heures nous voilà sur Deauville, on fait un bref repérage de vue, ce qui me permet de voir un des membres de l’équipe à sa transition vélo/CAP car lui a déjà commencé, il est engagé sur le M.
Direction le restaurant : je m’essaye au footing, impossible de courir. Le moral est au plus bas.

On se fait plaisir au restaurant.
On se balade avec ma femme dans Deauville son front de mer, et fatalement son casino. On a un coupon pour une coupe de champagne, on y rentre donc. Pour avoir sa coupe, il faut jouer… 10 € par coupe, inutile de dire que la coupe tu la payes si tu perds…..


On va de machine en machine on perd on gagne, et finalement on repart plus riche que lorsqu’on est entré puisque on a misé 20 € et on repart avec 22,47 €, 2,47 net d’impôt le pied J.
Je ne sais pas ce qui s’est passé : est-ce la balade ou l’envie d’en découdre mais mon genou me fait moins mal et je descends les escalier sans décharge électrique… L’espoir revient…
L’hôtel permet de monter le vélo dans la chambre, je vais donc chercher le vélo et bien sût j’essaie : pas mal, pas de décharge électrique…. L’espoir s’intensifie
Je décide donc de partir faire un petit tour et non pas juste 200 m, je fais 5 km, et bizarrement alors que je ne sais pas où elle est je me trouve au bas de la fameuse cote de St Laurent et donc j’entreprends  de la monter. Et là j’ai mal que je force sur mon côté gauche, je suis obligé de m’arrêter. L’espoir diminue.
Je rentre à l’hôtel en cogitant… et si je tentais quand même.

16h30, j’ai rendez-vous à 17h, il faut que je me grouille. Contrôle du lieu de rendez-vous, et ben mince le rendez-vous était à 16h00. J’y vais quand même, je  rencontre Nicolas et je vais chercher mon dossard. Dossard numéro 27 dans les tous premiers. Je ne sais pas ce qui m’a valu cet honneur…
Je me renseigne : ou je rends la puce si je prends pas e départ. Mais j’ai dans l’idée d’aller courir un peu pour voir.
Le run s’avère concluant…. Il me reste donc deux problèmes : j’ai pas testé la natation et cette fichue Garmin 920 est bloqué impossible de la redémarrer. Je passe sur le Stand de « Lepape » qui m’explique le redémarrage forcé mais j’ai déjà fait… Dommage, j’ai pas acheter la montre chez eux car ils étaient prêt à me faire un échange standard exceptionnellement, tout çà avec la Garmin 735 qui me fait de l’œil, mais je ne craque pas….
Retour à l’hôtel, et on part dîner. Je mange des pâtes, ça y est c’est dans la tête : Je prends le départ, je tente l’aventure, on verra bien.
Retour à l’hôtel on prépare les affaires, et on lance des bouées à la mer pour trouver comment dépanner ma Garmin. Un grand merci à Roben (je vous conseille son blog sur le Triathlon) qui m’a envoyé plein de solutions mais hélas aucune ne fonctionne : on fera donc le triathlon au feeling… ou presque.

Dimanche 5 Juin :
Je suis à l’heure au rendez-vous, je préviens que je tente. Un photo de la team engagée sur le L :

Nicolas, Thomas et moi, merci à Nicolas pour la photo


Je me dirige vers la plage, et je ne tergiverse pas pour une fois, je vais à l’eau pour me rendre compte : elle est annoncée à 15,1°. Aurais-je du investir dans une cagoule ?.  Finalement non, çà pique mes c’est supportable. Moment fatidique je m’essaie à nager . Contre toute attente, c’est en brasse que je n’ai pas de douleur, alors qu’en crawl j’ai quelques décharges…  C’est pas encore aujourd’hui que je ferais un tri en crawl.

Natation :
Retour au départ… choix du sas par autodétermination : Confirmé, Intermédiaire, Débutant. Je choisis ce dernier. Au moment de rentrer dans le SAS, le speaker donne une info importante, la puce au-dessus de la combinaison. Généralement c’est l’inverse pour ne pas la perdre. J’inverse donc . Il reste 10 minutes, l’ambiance monte, l’appréhension aussi : « Mais pourquoi de suis là ».
Discussion avec d’autres compétiteurs et c’est le départ. C’est parti Je réfléchis plus. C’est partit.
Y a du courant,  c’est le moins qu’on puisse dire.  La buée apparaît très vite dans mes lunettes. Si bien qu je ne vois pas les bouées… c’est gênant… je suis la foule…
1 ère boucle finie, machinalement, je regarde mon poignet, mais pas d’indication…. Le courant m’a déporté, Il faut courir au moins 300 m pour me remettre au départ de la seconde boucle.  Je vois ma femme qui m’encourage, elle me dit mon temps mais j’entends pas. Je prends quand même la pose.
2ème boucle : je repart non sans avoir nettoyer les lunettes. Le courant est pareil. Si bien que sur le retour, je croise plus pour avoir moins à courir.

J’ai l’impression que cette boucle est plus rapide mais je ne le sais pas vraiment. Je prends la direction du vélo, j’appréhende le moment où il va falloir retirer la combinaison car déjà des cho7 s’étaient le calvaire pour ma jambe. Chemin faisant, j’entends 53 minutes. Suis pas mécontent, avec le courant + la course sur la plage.
J’arrive au vélo et la contre toute attente je retire la combinaison sans avoir trop mal, je me dépêche pas question de faire une transition de 9 minutes comme à Paris. je ferais 7 minutes 04 mais la transition est longue.

Ca y est un Gel, un coup d’eau et je repars.

Vélo 
J’ai pas fait 100 mètres que quelque choses me gêne, je ne sais pas quoi, je mets 4/5 secondes à réaliser que je suis parti sans lunettes. Tanpis pas question de faire demi-tour. Cela me gènerra surtout dans les descentes.
J’enchaîne le vélo pas trop vite pour chauffer les jambes avant la cote de Saint Laurent qui se présente au kilomètre 2,5 et là j’essaye de la grimper. Mais impossible de forcer sur la jambe gauche sans avoir un éclair qui parcours la jambe. Je déchausse à 100 mètres du haut. J’avoue que je ne sais pas si j’aurais réussi même sans la blessure.
J’arrive aux pompom girl, je renfourche le vélo et je repart. Je regarde mon compteur (eh oui j’en ai reçu un peu avant à tester, ouf J ) moyenne 17 km/h c’est pas bon, je  veux remonter cela avant la prochaine bosse…


La boucle est une succession de montée et de descente, tout en relance, j’ai l’impression que je double plus que je ne me fait doubler. Je m’aperçoit surtout que je suis un mauvais descendeur, c’est souvent dans les descente que je me fais doubler.
J’entame la seconde boucle, je suis à 24 km/h au-delà de mon objectif bas et moyen mais juste à l’objectif maximum que je visais. Va falloir cravacher….
J’entame donc la boucle, ma petite femme est là,  elle fait son sport du week end à courir partout.
J’arrive de nouveau à la cote de saint laurent et deuxième échec je  m’arrête quasiment endroit.
On nous a menti c’est plus que du 15% sur le mur, c’est au moins du 20 % du reste le speaker le dit lui-même.
Je glisse en courant, je me fais vanner  (gentiment) par ce speaker justement mais un mot d’encouragement quand je suis à son passage.
Je repars sur la boucle avec l’œil sur le compteur. Je suis redescendu en dessous des 23 km/h. J’ai l’impression que les premiers on eut de la pluie le sol est mouillée.
Marrant si je me souviens bien au km 65, un compétiteur arrive de nulle part… je me pose la question d’un raccourcis…..
Je passe le panneau 80 km, un plaisantin la déplacer, il reste au moins 5 km, pas grave j’ai les jambes malgré un deuxième boucle avec plus de vent.
Reste 5 km, une obsession, ne pas crever…
Je finirais finalement avec 23,5 km.
Un mot sur les ravitos : Bien organisé même si j’ai loupé une banane sur 2…..
Content de mon alimentation : j’ai consommé les gels (GU energy) prévus et j’ai bien bu. C’est souvent un de mes problèmes. Et moi, je finis le vélo avec tous mes déchets…..

Deuxième transition qui ne pose pas de problème, mais cette fois ci je repart avec mes lunettes Loubsol, c’est préférable le soleil montre e bout de son nez.

Course : 
Je pars à la course. J’ai décidé de pas partir vite et le plus surprenant c’est que je le fais alors que je pourrais aller plus vite je le sens…. Je vois ma femme : 5h32. Une idée folle me traverse l’esprit… 6h30….
Le rythme est bon, j’ai pris le compteur vélo, je suis à 10 km/h, il est mode vitesse alors que j’ai l’habitude l’allure. Ca m’occupe, je passe mon temps à calculer.
Pendant la première boucle, je croise Nicolas mais je le vois pas, c’est lui qui m’interpelle…. Je finis le premier tour à 10,4 km/h


Deuxième tour, je commence à sentir non pas la genoux mais le mollet, il durcit. Je prends la décision de profiter des ravitos pour bien reprendre mon souffle et ne pas repartir si j mange quelque chose, ça à le don de m’asphyxier. Je finis second tour à 10 km/h de moyenne. Je sends que le 6h30 s’échappe. Qu’importe il y a le 6h45.
A partir de la 3ème boucle, je marche plus longtemps au ravito et parfois entre les ravitos. Mais le public est formidable, il te pousse à repartir.
La 4eme boucle est vraiment dure comme mon mollet. Alors que je marche une petite tape dans le dos de Sylvie (Dossard 73, que je ne connais pas), qui m’encourage à repartir. Je repars avec elle, on commence à discuter. Il lui reste 2,5 tours. Mais elle a le moral, elle sort d’une longue convalescence après blessure. On va faire un peut voiture balai et embarquer tous ceux qui marchent.




Je finis en accélérant sur les 500 mètres, dernier virage 6 :48 :54 s. j’accélère y a le tapis orange qui m’appelle, les acclamations.


 Ca y est c’est fini. J’ai loupé les 6h45 mais qu’importe, je suis super content. J’ai fini, le corps à tenu, je fais 25 minutes de mieux que Chantilly alors oui y a 9 km de moins en vélo,  j’ai pas crevé mais y avait du courant, un deuxième boucle à l’australienne, du dénivelé, une jambe gauche pas au top…..


Un éclair de lucidité et avant de partir, je décide de prendre une photo avec une dédicace pour Mat. Je sais la pose est pas forcément bonNE, je ne parle même pas de l’équilibre mais le cœur y est.



Natation 50m05
T1 : 7m06
Vélo : 3m23:50
T2 : 4m45
CAP : 2m23:18

Le temps officiel est tombé 6h49m04s. 754 ème sur 830 moi qui suit habituer à être dans les 10 derniers..... 80 sur 95.... Je ne compte que les partants. Vraiment content de ma performance, même si certains peuvent sourire ;)

Ce faisant, j'ai débloqué un verrou : Je m'étais dis pas d'Ironman si tu descend pas en dessous des 7 H.

Un grand bravo à l’organisation franchement j’ai rien à redire. Tout est nickel. Les ravitos, les bénévoles, les arbitres… Ils ont fait un super boulot.
On peut se dire que 4 boucles c'est monotone, et puis c'est le cas. Mais cela permet d'avoir des coureurs, du public tout le long et çà ça n'a pas de prix.....

Mes leçons : faire encore plus de côtes et apprendre à descendre.

Merci aux publics, aux bénévoles mais surtout merci à ma femme qui m'a soutenu, encouragé et qui a joué les reporters photos pendant ce week end.